+33 (0) 494 294 659
voile et spinnaker

Notre récit de la 19ème édition des voiles de Saint Tropez

La 19ème édition des voiles de Saint Tropez s’est terminée dimanche 8 octobre. Une météo splendide a permis aux 4000 régatiers de s’affronter tous les jours dans la baie de Saint Tropez pour le plus grand bonheur des spectateurs venus en nombre.

Un peu d’histoire :

En septembre 1981, deux bateaux, Pride et Ikra se défient pour le jeu.

Le départ a été donné devant la tour du Portalet, pour se terminer au Club 55, sur la plage de Pampelonne, où la coupe « Club 55 Cup » fut remise au vainqueur.

Ainsi le rendez-vous était pris pour l’année suivante : la Nioulargue était née. En 1995, un tragique accident mis cette dernière en sommeil.

Cependant, en 1999, grâce à des passionnés, l’événement renaissait de ses cendres pour s’intituler alors « Les Voiles de Saint-Tropez », gardant toujours l’esprit de ses premiers organisateurs.

En cette année 2017, 19 séries se sont affrontées et chacune a consacré son vainqueur :

Pour les classiques, Mariska, Monbeam III et Spartan ont dominé leur classe.

les voiles de saint tropezEn moderne, il faut noter la victoire de Franck Cammas sur Basby (sister ship de Groupama 4 avec lequel il a gagné la Volvo Océan Race 2012) devant le tout nouveau chasseur de records Rambler 88, monocoque à dérives latérales, et My Song, monocoque carbone de quasiment 40 mètres de long.

En Wally, superbe classe de bateaux ultra modernes, après 6 courses âprement disputées, Lyra (Wally 77) s’impose devant Open Season (Wally 107) et Magic Carpet 3, le Wally Cento de Sir L Owen Jones.

Dans toutes les autres classes la bataille a fait rage et la victoire ne s’est acquise qu’au prix d’une lutte sans merci.

            Une chose est sûre, les voiles de Saint-Tropez 2017 resteront de l’avis de tous un grand millésime. Souhaitons que les années suivantes soient sur la même adonnante !

Philippe Blanche

0comments

02 Nov, 2017

Actu

Comments

Type a comment

Submit

*